fbpx
Quel est l’impact du choix des mots-clés utilisés sur le référencement google.

Quel est l’impact du choix des mots-clés utilisés sur le référencement google.

Quel est l’impact du choix des mots-clés utilisés sur le référencement google.

Cet article illustre, à l’aide d’un exemple, l’impact en termes de référencement SEO du choix entre les mots clés « referencement gratuit » et « référencement google » pour une agence SEO.

 Propriétaire d’un site web, l’un de vos objectifs est probablement d’obtenir du trafic direct et des conversions. Or pour cela les mots clefs utilisés dans votre site et dans vos balises vont fortement impacter la manière dont vous apparaissez dans les résultats en référencement naturel Google, et la façon dont vous orthographiez les mots clés aura un impact majeur sur votre position.

Rappel de la méthode du KEI (Keywords efficiency index) traitée dans un post précèdent.

Si vous avez lu mon précèdent post intitulé « Comment utiliser l’inbound marketing et le KEI (Keyword Efficiency Index) pour être référencé sur Google ? » vous savez que le choix des mots clés pertinents n’est pas qu’une démarche intuitive et que pour émerger dans les résultats des moteurs de recherches, il va falloir être méthodique et disposer d’un certain nombre d’outils.

Vous allez devoir réfléchir dans un premier temps aux mots clefs pertinents pour vos activités, et ensuite évaluer pour chacun d’entre eux les chances que vous avez de vous retrouver en 1ère position sur google ou sur les autres moteurs de recherches tels que Bing (US), Yandest (Russie) ou Baïdu (Chine) selon la zone du globe où vous vous situez.

Pour évaluer les chances que vos mots clés pertinents apparaissent en tête des résultats dans le pagerank de Google en France, il va vous falloir disposer d’au minimum deux informations critiques.

A savoir tout d’abord le volume de recherches mensuelles dont chacun de ces mots clés fait l’objet et d’autre part le volume de résultats indexés et considérés par Google comme des réponses pertinentes à cette requête.

Ainsi vous allez chercher à sélectionner des mots clés pertinents, dont le volume de recherche est suffisamment conséquent pour espérer avoir un trafic sur votre site qui soit significatif et pour lesquels vos concurrents sont le moins nombreux possible.

Une illustration de la facilité d’être sur la page 1 de google sur des requêtes à très faible volume de recherche qui ne vous généreront du coup que très peu de trafic.

En effet, apparaître en 1ère position google sur un mots clé qui ne fait l’objet que de très peu de recherches ne pourra pas vous générer un trafic important.

A contrario utiliser des mots clés à très fort volume de recherche mais pour lesquels vos concurrents sémantiques sont déjà très bien positionnés dans le pagerank Google ne vous laisse que peu d’espoir d’être en première page de Google.

Un exemple intéressant en la matière est tiré de l’excellent ouvrage à tous niveaux de Daniel Ichbiah intitulé « Comment être N°1 sur google pour les nuls » dans lequel l’auteur revendique page 11 le fait que lorsque la requête « referencement naturel pour les nuls » est lancé dans Google, le lien vers son ouvrage apparaît en deuxième position, ce qui semble un excellent résultat.

Mais pour savoir si cela peut lui ramener un trafic important il faut mesurer le nombre de fois où cette requête est formulée dans la barre de recherche de Google, sous cette forme exacte et cette orthographe exacte.

Et dans le cas d’espèce, au moment où j’écris ce post, il apparaît que le lien vers le site de Daniel Ichbiah est en 5ème position ce qui est très bien, mais que le volume de recherche relatif à cette requête est de 110 requêtes mensuelles. (Voir ci-dessous). Donc si l’on considère que la 5ème position génère, toujours d’après Daniel Ichbiah en page 23 de son ouvrage, 6,1% des clics, on peut espérer 110 requêtes mensuelles x 6,1% soit 6 visites par mois sur le site grâce à cette phrase.

Il est donc évident que le retour sur investissement lié à l’utilisation de ce mot clé risque d’être faible, et qu’il est surement préférable, et plus difficile, d’identifier d’autres requêtes en rapport avec ses activités sur lesquelles se positionner pour générer un trafic qualifié vers son site web.

référencement naturel pour les nuls si l’on formule la même requête cette fois avec les accents, à savoir « référencement naturel pour les nuls », on constate qu’à ce moment-là, le lien vers le site de Daniel Ichbiah arrive toujours en 5ème position, mais que la requête avec cette orthographe et les accents correspond à un volume de recherche de 0 recherche par mois. Donc autant dire qu’être en 5ème position sur cette requête ne génèrera pas de trafic sur votre site et qu’en dehors du plaisir d’être en 1ère page vous ne retirerez pas grand-chose de plus.

référencement naturel pour les nulsComment faire pour trouver les mots clés pertinents pour être bien positionné en référencement naturel dans les résultats des moteurs de recherche en tenant compte de l’orthographe et du KEI (Keywords Efficiency Index).

Prenons l’exemple d’une agence de référencement naturel telle que Searchbooster sur le site de laquelle vous lisez ce post et que j’ai le plaisir de piloter, mon objectif est que rapidement Google identifie son site comme étant un site de référence sur le referencement naturel notamment mais aussi sur l’inbound marketing, le référencement payant, et le développement d’architecture de site web entre autres.

Pour autant, pour chaque post je vais me concentrer sur un seul sujet et donc sur une seule famille de mots clés approchants les uns des autres mais faisant tous références à l’activité que je souhaite mettre en avant dans ce post.

Et c’est bien la multiplication des posts dédiés chacun à l’un des univers de compétence de l’agence qui petit à petit va permettre à mon site d’émerger sur les domaines dans lesquels avons une offre de valeur pour nos clients et prospects.

Partons du principe que je souhaite créer un contenu illustrant nos activités dans le domaine du référencement naturel. Tout d’abord je vais lister quelque plusieurs mots clés dit racines qui me semblent très représentatifs de cette activité, par exemple : « référencement naturel, référencement organique, SEO, agence SEO, agence digitale, trafic internet, ranking google etc…. ».

Puis je vais utiliser deux outils, d’abord l’outil de recherche de mots clés de Google Ads dans lequel je vais rentrer mes mots clés racines et qui va suite à cela me suggérer une liste très détaillée de plusieurs centaines de mots clés approchants mes mots clés racines et avec pour chacun d’eux le volume de recherche mensuelles, le niveau de compétition, et des indications sur le prix par clic (PPC) dans l’hypothèse de l’achat de ces mots clés. J’aurais donc une liste de plusieurs centaines de mots clés potentiels à analyser.

liste mots clés google adsPuis dans un second temps, je vais utiliser la suite logiciel SEMRUSH (abonnement payant) et notamment l’outil « Keyword magic tool » qui va me permettre de la même manière de travailler sur 7 mots clés racines représentatifs de l’activité de référencement naturel de l’agence et qui, pour chacun d’entre eux, va me proposer plusieurs centaines de mots clés approchants avec pour chacun le volume de recherches mensuelles, les tendances par mois, la difficulté du mot clé, le coût par clic, l’intensité concurrentielle et le nombre de résultats indexés dans les SERP (Search Engine Results Pages).

Puis après avoir sélectionné dans ces résultats, ceux qui me paraissent pertinents par rapport à l’activité de l’agence, je vais exporter ces résultats sous Excel, et en les remettant en forme les fusionner à ma première liste issue de la recherche de mots de Google Ads.

semrush keyword magic toolAinsi je vais avoir une liste de plusieurs milliers de mots clés potentiels avec des indications qualitatives me permettant de calculer mon KEI et ainsi d’identifier les mots clés à potentiel qui sont représentatifs de mon activité.

Il reste ensuite à les analyser un par un pour leur donner une note de pertinence (1 très pertinent, 2 moyennement pertinent, 3 peu pertinent) par rapport au domaine d’activité objet de mon post, puis à le regrouper par mots clés racines.

Je me retrouve alors avec une dizaine de mots clés racines avec leurs mots clés approchants et des données qualitatives pour chacun d’entre eux, qui intègrent notamment les variations de volumes de recherches et de résultats indexés en fonction de l’orthographe utilisée dans la barre de recherche.

L’idée étant ensuite de pouvoir développer des contenus de qualité et pédagogiques répondants aux requêtes des internautes qui sont en volume suffisant pour estimer que le contenu développé a de fortes probabilités d’être lu et diffusé par un nombre important d’internautes qui potentiellement retiendront la compétence de l’agence sur les problématiques qui les intéresse, et créer ainsi de la préférence de marque pour le moment où ils auront une décision d’achat à prendre le cas échéant.

Concrètement dans l’exemple pris ci-dessus, sur le mot clé « référencement », en fonction de mes priorités en termes de pertinence, je vais finir par isoler une liste de 10 mots clés pertinents (en fait des ensembles de plusieurs mots appelés longues traines incluant le mot clé référencement) et les classer par ordre décroissant de KEI (voir formule de calcul dans la cellule I2),

liste mot clés référencement googleEt c’est là que l’on voit que « référencement gratuit » présente le meilleur KEI avec un volume de 720 recherches mois et 940 000 réponses potentielles indexées et on voit aussi que « référencement google » avec deux accents a le deuxième meilleur KEI et que « referencement internet » sans accent à un KEI intéressant car la recherche sans accent porte sur 480 recherches par mois.

Du coup, pourquoi inclure dans la balise title de ce post le mot-clé « référencement google » plutôt que « référencement gratuit ?

Et bien parce que c’est là que l’être humain intervient et considère que les internautes tapant « référencement gratuit » recherchent probablement à améliorer leur référencement sans bourse délier et que de ce fait utiliser « référencement google » avec un KEI moindre est probablement potentiellement plus porteur de développement commercial.

Ensuite il faut donc rédiger un post complet, informatif sans faire de « keyword stuffing » (soit ce que l’on appelle du bourrage de mots clés), et en apportant le plus de contenus possibles pour que le spider Googlebot puisse rapidement mesurer la qualité du contenu et que son algorithme en tenant compte des trois piliers du référencement naturel que sont l’aspect technique, l’aspect sémantique et l’aspect netlinking du site évalue l’opportunité de proposer ce contenu en réponse aux mots clés identifiés grâce à la démarche indiquée ci-dessus.

Il faudra bien sûr veiller à la structure du post en respectant les bonnes pratiques relatives aux différents balises (title, Hn,) et à l’utilisation pertinente des métas données en optimisant les éléments mais sans les sur-optimiser au risque sinon que les moteurs considèrent qu’il s’agit de SPAM avec toutes les conséquences négatives que cela peut avoir….

Il est fort probable qu’ensuite un Quality Rater de Google prendra le temps d’évaluer la pertinence du contenu du post par rapport à son titre et sa balise h1 pour apporter un éclairage additionnel à l’algorithme et qu’il en ressorte une évaluation objective et consensuelle du contenu en terme de pertinence et de qualité.

Il est important de souligner que cette manière de procéder ne peut fonctionner que si votre site est « SEO friendly », à savoir qu’il n’y a pas de freins au crawl du site par les robots d’indexation des moteurs de recherche, que d’autre part votre contenu a du sens pour le lecteur et n’est pas rédigé uniquement à l’attention des moteurs de recherche, et que d’autre part votre site est considéré comme proposant des contenus de qualité car d’une part les liens pointant vers votre site sont nombreux et proviennent aussi de sites de qualité, mais aussi parce que lorsque votre contenu sera proposé dans les SERP, le moteur de recherche analysera avec attention le comportement des internautes (taux de clics sur lien conduisant à votre post, temps passé sur le site, taux de rebond, nombre de pages du site visitées, revisite ultérieure sur le site, entre autres) pour juger si il est pertinent de continuer à proposer un lien vers votre post dans les résultats, voire d’améliorer sa position dans les classements.

Une solution si cette démarche vous semble fastidieuse ou si vous ne disposez pas des logiciels indispensables, est de faire appel à un prestataire de service en vous assurant qu’il vous ait pour objectif d’améliorer votre trafic et pas seulement d’être en 1ère position sur des mots clés qui vous semblent pertinents mais pour lesquels le volume de recherches laisse augurer un bien faible trafic au regard des efforts mis en œuvre.

Chez Searchbooster, nous sommes orientés résultats et la plupart de nos abonnements sont sans engagement dans le temps, notre meilleur moyen de fidéliser nos clients reposant sur les résultats concrets obtenus en terme de trafic et de conversion.

N’hésitez pas à nous demander comment nous pouvons vous aider à booster vos business grâce au marketing digital, nous serons ravis de contribuer à vos succès.

Olivier MAURIN

Président & Fondateur

Demande de Pré-Audit/Souscription

facilisis felis mattis consequat. libero odio Donec ut vel, Praesent ut consectetur
×

Panier